Aller au contenu principal

Faire participer les hommes et les garçons aux questions d’hygiène menstruelle pour réduire les inégalités entre les genres

Karanja Daniel, MHM champion and WSSCC member
12 Feb 2020

L’objectif de développement durable 6 veille à la disponibilité et à la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous. La cible 6.2 porte quant à elle sur les besoins en matière d’hygiène et d’assainissement des femmes et des filles ainsi que des personnes en situation vulnérable. Comment définir cependant ces besoins ? Les hommes et les garçons ont-ils un rôle à jouer à leur sujet ? Enfin, en quoi peuvent-ils exactement apporter leur soutien sur les questions de menstruation ?

Le suivi intégré de l’ODD 6 exige un système qui appuie et renforce la participation de la population locale à l’amélioration de la gestion de l’eau et de l’assainissement. Leo Heller, le Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement, indiquait dans son rapport que les États doivent formuler des recommandations aux autorités locales pour les aider à déterminer quels espaces publics doivent être équipés de services d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ainsi que le niveau et le type de prestation nécessaires pour permettre aux adolescentes et aux femmes de vivre leur menstruation dignement en dehors de chez elles.

Image : Karanja Daniel et Leo Heller lors de la Semaine mondiale de l’eau 2019

Selon le groupe de travail consacré à l’hygiène du Programme commun OMS/UNICEF en 2012, la gestion de l’hygiène menstruelle est définie comme la capacité des femmes et des filles à utiliser des produits de gestion des menstruations propres pour absorber ou collecter le sang menstruel. Elles doivent pouvoir les changer en privé aussi souvent que nécessaire pendant toute la durée des règles, utiliser du savon et de l’eau pour se laver le corps selon leurs besoins et disposer d’un accès à des installations sûres et pratiques pour jeter les produits de gestion des menstruations usagés. En outre, elles doivent comprendre les données de base liées au cycle menstruel et comment le gérer. Les hommes et les garçons sont tout aussi impliqués dans la gestion de l’hygiène menstruelle et doivent apporter leur soutien des façons suivantes :  

  • Devenir des ambassadeurs ou des moteurs de changement qui remettent en cause le statu quo lié aux mythes, aux idées fausses et aux pratiques qui favorisent la peur, la honte et l’inconfort lors de la menstruation.
  • Apporter un soutien psychologique, avant tout en comprenant et en tenant compte des vulnérabilités liées au genre provoquées par les hormones lors de la menstruation. Les expériences sont différentes d’une personne à une autre.
  • Le soutien financier et la mise à disposition d’infrastructures sont essentiels pour permettre une gestion de l’hygiène menstruelle efficace. Il donne accès à des espaces sûrs (toilettes) qui offrent intimité et sécurité tout en garantissant un approvisionnement adapté en eau et savon et il permet d’acheter des produits d’hygiène menstruelle.
  • Avoir un effet dans l’univers de la santé et de l’hygiène menstruelles en tant que chercheurs et entrepreneurs favorables à des innovations durables respectueuses de l’environnement, qui favorisent une élimination sûre et hygiénique et/ou la réutilisation des produits usagés.


Dans l’ouest du Kenya, 10 % des jeunes adolescentes ont admis avoir des rapports sexuels en échange de serviettes hygiéniques (Phillips-Howard et al, 2015). « En tant qu’hommes responsables au sein de nos communautés, nous devons soutenir nos filles et nos femmes pour qu’elles puissent vivre leur menstruation de façon digne. Il est intolérable de tirer profit de la nature. Nous allons mobiliser des ressources pour poursuivre l’autonomisation des filles et des garçons à l’école. Ensemble, nous pouvons rendre possible l’accès à des produits d’hygiène menstruelle de qualité pour les filles et les femmes qui en ont besoin », explique Nobert Musundi, fonctionnaire de la santé publique dans le district de Trans-Nzoia, lors de la formation des formateurs en gestion de l’hygiène menstruelle dispensée par le WSSCC à l’occasion de Journée mondiale de l’hygiène menstruelle, il y a quelques mois.

Au cours de la Semaine mondiale de l’eau 2019, une séance appelée Gestion de l’hygiène menstruelle : santé et dignité pour toutes a réuni des représentants de gouvernements, de donateurs, de l’ONU et de la société civile pour débattre au sujet des méthodes à disposition des organisations pour s’engager efficacement sur les différentes priorités sectorielles et respecter les droits de chaque adolescente et chaque femme pendant ses règles. Au cours de cette séance, les dispositifs fondamentaux d’Assainissement et eau pour tous (SWA) ont été utilisés pour comprendre comment inclure la gestion de l’hygiène menstruelle dans les politiques et les stratégies nationales. SWA doit également élever la gestion de l’hygiène menstruelle au rang de priorité pour les prochaines Réunions de haut niveau. Le partenariat demandera pour cela aux membres et aux parties prenantes concernés de partager leurs objectifs et leurs réussites. Au travers du prisme des principes directeurs de SWA, l’implication des hommes et des garçons afin qu’ils apportent leur soutien en matière d’hygiène menstruelle pour répondre aux problématiques d’inclusion des genres, d’équité et de non-discrimination permettra non seulement d’assurer la promotion de l’eau et de l’assainissement pour tous comme un droit fondamental, mais aussi de veiller à ce que personne ne soit laissé de côté pour la couverture, l’accès, l’utilisation et l’efficacité des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène (EAH).

Cet article est étiqueté :

Actualités liées

Nomination au Comité de conformité du Protocole sur l’eau et la santé

« Eau contre sexe » - Comment les femmes paient le prix de l’eau

Webinaire SWA : lancement du processus préparatoire à la Réunion des ministres des finances 2020

Journée mondiale des toilettes : comment la société civile soutient la campagne Clean Nigeria du Gouvernement 

Burkina Faso : mécanisme innovant de financement communautaire de l’assainissement