Aller au contenu principal

Éthiopie : Intégrer la résilience climatique et l’EAH pour ne laisser personne de côté

Abiy Girma, National Coordinator ONE WASH National Program
15 Jun 2020

Avec douze bassins versants majeurs, l’Éthiopie dispose d’abondantes ressources en eau, aussi bien de surface que souterraine. Dès lors, qu’est-ce qui empêche le pays d’utiliser correctement ces ressources ? C’est la distribution inégale des ressources hydriques (aussi bien dans l’espace que dans le temps), accentuée par des chocs climatiques extrêmes, qui complique constamment leur gestion et la fourniture de services destinés à la consommation humaine et à la production. Le Gouvernement éthiopien a donc défini ses objectifs de développement dans des Plans de croissance et de transformation (GTP, Growth and Transformation Plans) successifs où l’eau et l’assainissement sont spécifiquement identifiés comme des domaines prioritaires essentiels pour parvenir à une croissance durable et une réduction de la pauvreté.

L’Éthiopie affiche des signes de progrès tangibles dans la transformation des politiques consacrées à l’eau, l’assainissement et l’hygiène (EAH) pour qu’elles intègrent les changements climatiques. Le Programme national ONE WASH (PNOW) est la réponse du Gouvernement éthiopien pour renforcer la plateforme multipartite qui permettra de créer un plan intégré afin d’atteindre l’accès universel aux services. Le PNOW réunit non seulement quatre ministères du secteur, mais il offre également un cadre pour l’harmonisation des approches du Gouvernement et des donateurs en matière de planification, de financement et de mise en œuvre. La phase II du PNOW intègre un secteur EAH résilient face au climat pour veiller à ce que les zones touchées par des sécheresses (peuplées pour la plupart par des communautés d’éleveurs) ne soient pas laissées de côté. Lors de la Réunion des ministres du secteur de SWA en 2019, le Gouvernement éthiopien a pris l’engagement d’étendre l’application des initiatives visant à rendre le secteur EAH résilient face au climat et la planification des ressources en eau sûre à tout nouveau projet d’approvisionnement en eau et à sélectionner les systèmes d’approvisionnement les plus vulnérables et les plus essentiels dans les zones rurales et urbaines. 

Nous sommes passés de l’engagement à l’action. Les principaux objectifs de la phase II sont la résilience climatique, l’accès amélioré à l’EAH et l’adoption de bonnes pratiques en matière d’hygiène, de façon équitable et durable. Par ailleurs, la phase II définit précisément l’assainissement et l’hygiène durables en zone urbaine et en zone rurale et met l’accent sur les questions de genre, les personnes atteintes de handicap, l’EAH destiné aux bébés, les réfugiés et d’autres groupes vulnérables. Les efforts se portent maintenant de plus en plus sur des problèmes transversaux comme la qualité, la préservation de l’environnement et l’équité dans l’EAH. 

Ethiopia Graphic

L’Éthiopie a besoin de 3,4 milliards de dollars É.-U. par an pour atteindre les cibles liées à l’EAH des objectifs de développement durable. Pour la phase II du PNOW (2018-2020), il faut 6,5 milliards de dollars, dont 2,5 milliards sont consacrés au secteur EAH résilient face au climat (financés à 50 % par le Gouvernement de l’Éthiopie). 

La politique nationale du secteur de l’eau plaide pour un mécanisme de récupération de l’intégralité des coûts de construction des infrastructures d’approvisionnement en zone urbaine ainsi que des coûts d’exploitation et de maintenance, ainsi que la subvention des communautés rurales par le Gouvernement et des donateurs partenaires pour les dépenses d’investissement destinées à l’approvisionnement en eau. Un mécanisme de récupération des coûts bien établi enregistre jusqu’à présent de bons résultats (près de 95 %) dans les milieux urbains. Les communautés rurales paient uniquement pour les coûts d’exploitation et de maintenance. L’une des priorités est dès lors d’explorer les sources de financement actuelles et potentielles pour combler le déficit de financement, améliorer l’efficacité de l’utilisation des fonds, renforcer les synergies entre les interventions et diversifier les modalités de financement (à l’aide des 3T – taxes, tarification et transferts financiers – ainsi que de financements mixtes, de financements de l’action climatique et de financements des réseaux humanitaires).

Aujourd’hui, un instrument de financement commun appelé Compte EAH consolidé (CWA, Consolidated WASH Account) constitue pour nous une solution efficace. Il permet au Gouvernement éthiopien et à des partenaires de développement de combiner leurs financements. En outre, en raison de la popularité croissante du PNOW, les financements publics ont été multipliés par deux en 10 ans. Le Fonds de développement des ressources en eau (WRDF, Water Resources Development Fund) fonctionne bien et permet aux villes d’accéder à des financements pour l’EAH. Il manque cependant de fonds pour les zones rurales. C’est sur ce point que la phase II met à présent l’accent. L’investissement du secteur privé et les prêts commerciaux augmentent doucement, mais les difficultés persistent au sujet des faibles tarifs de l’approvisionnement en eau en zone urbaine, de la capacité de paiement limitée du public et de l’absence de cadre légal pour les partenariats public-privé (PPP). 

Afin d’étudier plus en détail ce type de partenariat innovant et d’améliorer la coordination du secteur au sein du PNOW, le Gouvernement poursuit ses efforts dans le cadre du mécanisme de redevabilité mutuelle au travers de Révisions techniques communes et de forums multipartites. Nous sommes convaincus que la question de l’EAH doit être abordée comme un tout intégré, compte tenu des difficultés que doit affronter l’Éthiopie à cause des changements climatiques. Cela nous aidera non seulement à renforcer la résilience et à améliorer la durabilité, mais aussi à mettre fin aux inégalités. 

 


Ressources complémentaires :

 

  • Pour consulter les six engagements formulés par le Gouvernement éthiopien, qui comprennent un accent sur l’augmentation des financements et l’extension de l’application du secteur EAH résilient face au climat ainsi que le déploiement de stratégies nationales pour mettre fin à la défécation à l’air libre, cliquez ici.
  • Pour lire la fiche pays de l’Éthiopie, cliquez ici.