Aller au contenu principal

Changement climatique

L’eau, l’assainissement et l’hygiène sont essentiels pour le développement socio-économique, la sécurité alimentaire et des environnements sains. Ce sont également des éléments fondamentaux pour réduire la charge mondiale de morbidité et améliorer la santé, la qualité de vie et la productivité des populations. La science est cependant claire et les changements climatiques réduisent les possibilités de prédiction de la disponibilité et de la demande en eau, affectent la qualité de l’eau, augmentent les pénuries d’eau et menacent le développement durable à travers le monde. Ces changements ont des répercussions directes sur la durabilité des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement ainsi que sur les comportements dans ce domaine. L’un des principes directeurs de SWA porte ainsi sur ce problème, qui touche de façon disproportionnée les communautés pauvres et vulnérables.

Le partenariat mondial multipartite SWA est né pour mobiliser ses partenaires afin qu’ils améliorent leur collaboration pour atteindre les ODD. Il peut donc jouer un rôle important pour soutenir les liens entre les ODD 6 (sur l’eau et l’assainissement) et 13 (sur l’action climatique) et intégrer le fait que la capacité à atteindre ces ODD a des effets directs sur pratiquement tous les autres ODD – ceux qui portent sur la pauvreté, l’alimentation, le genre et les inégalités, par exemple – tout comme elle en dépend directement. Par ailleurs, puisque le partenariat place un accent croissant sur le niveau national, SWA peut contribuer à la réussite de l'Accord de Paris en offrant aux partenaires un point d’appui stable pour déterminer les moyens à mettre en œuvre ainsi que les raisons pour lesquelles les pays doivent envisager d’inclure des interventions d’atténuation et d’adaptation à leurs engagements, leurs plans d’atténuation et d’adaptation, leurs communications à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et à d’autres processus de planification liés au climat et au secteur de l’eau et de l’assainissement.

Une note d’information sur la question des changements climatiques a été publiée. Elle constitue la première contribution du secrétariat qui vise fournir aux partenaires de SWA des informations, ainsi que plusieurs suggestions concrètes sur les possibilités d’utilisation du cadre de SWA afin de prendre des mesures et d’adopter des approches destinées à faire de l’atténuation des changements climatiques et de l’adaptation au climat une réalité plus tangible au sein de leurs activités.

Catarina de Albuquerque, PDG de SWA et ancienne Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les droits humains à l’eau potable et à l’assainissement nous parle des répercussions des changements climatiques.

De 2005 à 2015, plus de 90 % des grandes catastrophes ont été causées par des inondations, des tempêtes, des vagues de chaleur, des sécheresses et d’autres phénomènes liés au climat, dont la fréquence et l’intensité devraient être affectées par les changements climatiques.

En 2017, plus de 270 millions d’enfants vivaient dans des zones sujettes à des inondations fortes, dans des pays où moins de la moitié de la population avait accès à des installations d’assainissement améliorées.

On estime que 3,6 milliards de personnes dans le monde vivent actuellement dans des régions potentiellement affectées par des pénuries d’eau au moins un mois par an. Ce nombre augmentera à 4,8-5,7 milliards de personnes d’ici à 2050, ce qui génèrera une concurrence sans précédent entre les consommateurs d’eau de part et d’autre de frontières politiques.

Les risques pour l’eau douce causés par les changements climatiques augmentent de façon significative avec la hausse des concentrations de gaz à effet de serre (GES). Les dernières études de modélisation estiment que chaque degré de réchauffement climatique expose environ 7 % de la population mondiale à une baisse future des ressources en eau renouvelables d’au moins 20 %.

Au cours des décennies à venir, les changements climatiques devraient augmenter la fréquence des sécheresses météorologiques (baisse des précipitations) et agricoles (baisse de l’humidité des sols) dans de nombreuses régions actuellement sèches. Cela devrait augmenter la fréquence des sécheresses hydrologiques courtes ou « éclair » (baisse des eaux de surface et des eaux souterraines dans ces régions).

En 2017, près de 160 millions d’enfants vivaient dans des zones touchées par des sécheresses fortes ou extrêmement fortes.

D’ici à 2040, 1 enfant sur 4, soit 600 millions d’enfants, vivra dans des zones au stress hydrique extrêmement élevé.

Une limitation du réchauffement de la planète à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels, au lieu de 2 °C, peut avoir des implications très élevées sur les ressources eau. Elle pourrait en effet réduire jusqu’à 50 % la part de la population mondiale exposée à une augmentation du stress hydrique entraînée par les changements climatiques.

Depuis le milieu du XXe siècle, les pertes socio-économiques liées aux inondations ont augmenté principalement en raison d’une exposition et d’une vulnérabilité supérieures. Les projections annoncent une augmentation de la variabilité dans la fréquence des inondations. Les risques d’inondation devraient augmenter dans certaines régions : d’Asie du Sud, d’Asie du Sud-Est, d’Asie du Nord-Est, d’Afrique tropicale et d’Amérique du Sud.

Documents

Voir tous les documents
Documents Type
Note d'information: Changement climatique
Antonio Guterres

"Un approvisionnement en eau et un assainissement qui résistent au climat pourraient sauver la vie de plus de 360 000 nourrissons chaque année."

Antonio Guterres

"Une eau sûre et un assainissement adapté favorisent la réduction de la pauvreté, la croissance économique et des écosystèmes sains. Cela contribue au bien-être social, à la croissance inclusive et à des moyens de subsistance durables. Néanmoins, l’augmentation de la demande en eau, associée à une mauvaise gestion de l’eau, a augmenté le stress hydrique dans de nombreuses régions du monde. Les changements climatiques ajoutent une pression supplémentaire et ils évoluent plus vite que nous."

Ban Ki-moon

"Sauver notre planète, faire sortir des personnes de la pauvreté, accélérer la croissance économique... constituent autant d’éléments d’un seul et même combat. Nous devons construire des ponts entre les changements climatiques, le manque d’eau, les pénuries énergétiques, la santé dans le monde, la sécurité alimentaire et l’autonomisation des femmes. Les solutions à un problème doivent être des solutions pour tous."

Jim Yong Kim

"Le problème de l’eau est fondamentalement associé aux changements climatiques. On a coutume de dire le carbone est la monnaie d’échange des changements climatiques, mais le vrai combat est à mener autour de l’eau."